• RSS订阅 加入收藏  设为首页
外语频道

Les douteux laboratoires américains en Asie centrale

时间:2020/6/5 0:01:51   作者:   来源:中非日报   阅读:9041   评论:0
内容摘要:Le terrorisme est la guerre des faibles, alors que l'utilisation d'armes biologiques relève de la lacheté et de la méchanceté. Washington n'...

Le terrorisme est la guerre des faibles, alors que l'utilisation d'armes biologiques relève de la lacheté et de la méchanceté. Washington n'est pas en mesure de détruire ses adversaires avec des armes nucléaires, mais il a établi un réseau de laboratoires biologiques militaires dans de nombreux pays limitrophes de la Chine et de la Russie. L'Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan, ces pays d’Asie centrale ont du mal à se mettre à part.

A la fin des années 1990, les « biologistes américains ayant des insignes sur les épaules » ont commencé à pénétrer en Ouzbékistan. Ils ont obtenu la permission d'entrer dans des installations biochimiques secrètes.

En 2004, dans le cadre du plan de coopération en matière biologique, l'agence américaine de réduction des menaces pour la défense (U.S.DefenseThreatReductionAgency) a commencé à mettre en place un réseau de surveillance de la propagation des maladies infectieuses en Ouzbékistan. C’est le centre national de quarantaine et de prévention de la peste et des épidémies à haut risque, relevant du Ministère ouzbek de la Santé, qui participe à ce plan du gouvernement américain.

L'Ouzbékistan a mis son territoire à la disposition des essais biologiques à haut risque que les Etats-Unis effectuent dans le cadre de leurs recherches.

Ces dernières années, les Etats-Unis n'ont jamais rejeté l'idée d'utiliser des armes biologiques. En septembre 2000, une importante organisation américaine non gouvernementale a lancé le «Plan américain du nouveau siècle», un document qui stipule: «Les moyens terroristes que sont les diverses armes biologiques avancées pouvant affecter les types de gènes peuvent servir d’outil politique».

Washington a refusé de signer la «Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction» ni de mettre en place un mécanisme de surveillance dans le cadre de la convention. En plus, il a créé des laboratoires à double usage, militaires et civils, sur le territoire des pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI).

Ces installations semblent être sous le contrôle de la partie qui les reçoit. Une fois les armes biologiques utilisées ou divulguées, les Etats-Unis peuvent facilement renvoyer les responsabilités.

Fin 2018, le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov a indiqué qu'il était en négociation avec les pays de la CEI ayant des laboratoires sur leur territoire en vue de l’établissement d’un mémorandum sur l’interdiction de la présence de soldats ou d'experts étrangers dans ces laboratoires. Mais le dossier a peu progressé.

Revenant sur cette question sensible le 13 mai 2020, lors de la réunion en visioconférence des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Lavrov a déclaré ceci : «Nous avons exprimé notre profonde préoccupation face à la grave situation de la création et de l'expansion de laboratoires biologiques, dont la plupart sont sous couvert du Pentagone. »

Les Etats-Unis ont créé des laboratoires dans le monde, au sein de l’OCS et de l'espace post-soviétique. Ces installations sont très denses et nombreuses aux alentours de la Chine et de la Russie.

Depuis 2001, la Russie et la plupart des pays, y compris la Chine, ont entamé des consultations sur la préparation du Protocole à la Convention sur l'interdiction des armes biologiques. Elle estime qu'un mécanisme devrait être établi pour vérifier si les Etats membres remplissent l’obligation de ne pas fabriquer d'armes biologiques. Seuls les Etats-Unis s'opposent à cette initiative.

Les activités biologiques militaires de Washington un peu partout dans le monde sont extrêmement dangereuses et opaques. Que font-ils exactement ? L'arrière-pensée est douteuse. Sur cette question, nous avons activement entamé un dialogue avec les pays partenaires dans le cadre de la CEI et de l'OCS.



 

中非日报

 

蜀ICP备12010380号